Être né coiffé

Nous voici partis sur les explications des expressions en rapport avec la chance et les enfants, sur le site d’explication de la méthode qui tente de faire gagner à l’Euro Million. Commençons avec les bébés et leur coiffe.

Un bonnet de nouveau-né.
https://www.flickr.com/photos/51106757@N04/

Des petits bonnets

On le remarque sur les tableaux et les illustrations des siècles précédents, les nouveau-nés sont souvent affublés d’un petit bonnet. Tous les parents le savent, cela sert à garder au chaud la tête de l’enfant qui perd beaucoup de chaleur à ce niveau. Si aujourd’hui on dispose de bonnets en tout genre, avant, cela se limitait plutôt à une petite coiffe de coton attachée sous le menton. Or plus le bonnet était ajouré, brodé finement dans un tissu de qualité, plus la famille était aisée. Ceci laissait présager que l’enfant serait à l’abri du besoin, donc chanceux.

Une coiffe… naturelle

L’autre version vient du fait que des bébés naissent avec une partie de la poche amniotique qui fait comme un bonnet sur la tête, l’événement est si rare qu’il induirait une vie chanceuse. On dit de tels bébés qu’ils sont nés coiffés ou, dans des termes plus médicaux, avec une coiffe céphalique. Il était de coutume de conserver cette coiffe parcheminée comme un talisman.

C’est devenu rare car les accouchements médicalisés ne laissent plus l’occasion à la nature d’œuvrer, il est même devenu courant, bien que contrindiqué, de percer la poche des eaux pour accélérer un accouchement et dans ce cas, aucune chance que la membrane reste sur la tête du petit. Auparavant, c’était un détail courant, il arrivait même que la poche ne se perce pas du tout, le bébé naissant « en chemise ». Pour le coup, c’était rare et on pensait que de tels enfants auraient un destin particulièrement chanceux.

Étiquetté , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam