Gagner au loto, une malédiction ?

Callie Roger est l’exemple vivant que l’on peut être riche à millions et filer un très mauvais coton. C’est aussi la preuve que la limite d’âge pour jouer à des jeux d’argent, au loto ou à l’Euromillion, doit être au moins la majorité, ou qu’il faut être bien entouré, puisque cette adolescente de 16 ans a failli ne jamais se relever de son expérience.

Ticket de loterie.
https://www.flickr.com/photos/booleansplit/

En 2003, la jeune fille était déjà mère de deux enfants et en famille d’accueil. Quand elle a gagné plus de deux millions d’euros à la loterie britannique, ça a été le début de sa descente aux enfers. Une adolescente instable avait peu de chances d’utiliser cet argent de façon constructive

Dix ans après, elle a reconnu qu’elle n’a, de toute évidence, pas écouté les bonnes personnes mais plutôt ses propres démons. Elle a ainsi dépensé son jackpot pour profiter d’une vie de débauche que certains pourraient trouver attractive, à base d’alcool, de drogues, de biens de luxe et de chirurgie esthétique, posant nue pour Closer avec ses livres sterlings. Sauf que ça a fini en banqueroute, en perte de la garde de ses enfants et en trois tentatives de suicide.

Mais Callie Roger s’est rétablie après ses erreurs. En 2013, à 26 ans, elle était alors une jeune femme qui avançait. Pourtant, elle avait vécu d’autres coups durs sans lien avec l’argent qu’elle avait gagné. La perte d’un enfant, surtout. Elle suivait alors une formation pour devenir infirmière, était mariée à un pompier et semblait bien plus rayonnante sur ces images  récentes que sur celles de son soi-disant jour de chance, en 2003.

Callie Roger est de ces personnes à qui l’argent a brûlé les doigts, et qui vivent finalement plus heureuses une fois qu’elles retrouvent un compte en banque modeste (et gagnent un peu de maturité).

Étiquetté , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam