Le comble de la malchance : gagner à l’Euromillion et ne pas le savoir

Voilà une situation qui ne se produit jamais pour les adeptes de SuperChance100. Imaginez, vous êtes un joueur de l’Euromillions classique, c’est-à-dire que vous allez au bureau de tabac pour remplir votre grille manuellement. Vous validez le ticket au buraliste qui vous laisse un reçu avec vos numéros. Ce reçu est d’une fragilité extrême, un passage en machine, et le pactole se délite entre vos doigts. C’est d’ailleurs ce qui a dû arriver aux joueurs inconnus, ceux qui ne se manifestent jamais à la Française des jeux (et ses équivalents européens).

Poubelle de bureau remplie de papiers froissés, des boules tombées autour.
https://www.flickr.com/photos/wiertz/

Des jackpots ratés

Il y en a eu peu, des gagnants malheureux à l’Euromillions, mais il y en a eu des marquants. À commencer par un joueur outre-Manche qui a laissé filer pas moins de 79 millions d’euros (64 millions de livres sterling) en juin 2012. C’est le plus gros gain à ce jeu qui n’a pas été réclamé. Et pourtant, la National Lottery a fait des pieds et des mains pour trouver ledit joueur, à grand coup de publicités, d’affichages autour de l’endroit où le ticket avait été validé à Londres et de crieurs publics qui incitaient les passants à fouiller leurs poches à la recherche du billet arborant le 5, 11, 22, 34, 40, 9 et 11. Et même si en Grande-Bretagne, le délai pour se faire connaître est trois fois plus long qu’en France, rien n’y a fait, il ou elle ne s’est pas manifesté(e).

Il faut savoir que pour réclamer un gain à la loterie nationale, puisque c’est toujours par cet organisme que les loteries se font, il faut disposer d’un ticket en bon état. Exit les tickets lessivés, froissés jusqu’à l’effacement ou déchirés.

Les montants non réclamés connaissent des destins divers. Certains sont reversés à l’œuvre caritative de la loterie nationale, d’autres sont remis en jeu à l’occasion de jackpot spéciaux. L’association philanthropique anglaise avait ainsi cumulé 35,7 milliards d’euros avant l’événement suscité. Pour le Super Loto en France, ce sont ainsi plus de 8 millions d’euros qui se sont ajoutés aux 8 millions de la cagnotte pour un Super Loto de l’Inconnu. Cette somme avait été remportée le 13 août 2011 mais comme personne ne s’était présenté avec le ticket, la FDJ a choisi d’organiser cette version une fois le délai de réclamation légal passé.

En Angleterre encore, c’était en 2005 que le record précédent avait remué la presse, quand 11,5 millions d’euros avait connu le même sort. En France, c’était en 2006 avec un modeste million et 800 000 euros qui doivent bien manquer au joueur parisien qui n’a pas contacté la FDJ.

My million banalise le gain

Pour ajouter à l’absurdité de ces situations, en février 2014, la FDJ a lancé l’option My Million sur les tickets d’Euro Million. Pour 50 centimes de plus, montant automatiquement la grille à 2,50 euros puisqu’on n’a pas le choix, on obtient un code et seul les tickets validés font partie du tirage, garantissant un gagnant à chaque fois. Mais du coup, nombreuses sont les personnes qui croient simplement que la FDJ augmente le tarif, et ne vérifient pas leur code My Million. Ils étaient 10 à la fin 2014 à n’avoir pas collecté un million d’euros.

L’organisme a pourtant exceptionnellement communiqué les lieux où ces tickets avaient été émis, chose qui n’arrive que pour les jackpots, afin de motiver les habitants alentours à vérifier leur billet, enfin ceux qui ne l’auraient pas jeté. Devant cette mauvaise publicité, la FDJ a choisi de remettre ces gains perdus en jeu lors d’un tirage spécial nommé « pluie de millionnaires ». Ce tirage fait gagner 10 personnes sur un tirage ou une semaine. Cela a donc eu lieu en 2014 en juin, septembre et novembre, et en 2015 quatre fois, pour compenser.

Étiquetté , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam