Une question d’état d’esprit

La chance, la malchance… On imagine que ceux qui remplissent des grilles d’Euromillions doivent y penser. « Pourvu que la chance soit avec moi », « Vais-je être chanceux aujourd’hui ? »… Ce genre de réflexions doit circuler sans cesse dans leur crâne. Toutefois, la chance existe-t-elle en dehors de tout conditionnement mental ? Pas sûr.

Les mots "positive" et "negative" inscrits sur le signe du ying et du yang, en noir et blanc.
https://www.flickr.com/photos/bluekdesign/

Les attentes qu’ont les chanceux et les malchanceux de l’avenir divergent tout à fait. Ces deux types d’individus sont comme installés sur des rails desquels ils ne dévient pas. Alors que les premiers sont convaincus que tout va rouler, les deuxièmes ont l’impression inverse.

Cette attitude peut découler d’expériences passées, celles vécues jeunes notamment. Dans le cas du négatif convaincu, cela montre qu’il n’a pas su en transformer la perception.

Radicalement différents

Que se passe-t-il lorsque’un chanceux connaît un échec ? Il est embêté et le ressasse un peu. Puis il réfléchit à ses causes et en tire un enseignement. Cela lui permet de comprendre que c’est une expérience et qu’elle fait partie de la vie. Une expérience qui lui sera utile s’il se sert de la leçon tirée. Il ne sombre pas dans un état d’esprit fataliste.

Que se passe-t-il lorsqu’un malchanceux expérimente la chance ? Il se réjouit mais y croit à peine, convaincu que cette manifestation ne peut être que temporaire et qu’il va poursuivre son chemin, embourbé dans sa déveine coutumière. Pour les malchanceux convaincus, tout fonctionne différemment. Un échec est un échec de plus, il était prévisible.

Sur SuperChance100.info, nous avons envie d’attirer votre attention sur la possibilité de changer la donne. La possibilité de se dire, « moi aussi je vais devenir un gagnant de l’Euromillion », ou encore « moi aussi je vais être chanceux ». Parce qu’en fait, tout ceci n’est qu’une affaire de croyances, de prises de conscience de nos mécanismes et de choix de changement.

Citation du Dalaï Lama à propos de la pensée positive.
https://www.flickr.com/photos/pictoquotes/

Un bouquin pour guide

Et pour vous dire cela, nous ne nous basons pas seulement sur notre capacité à faire fonctionner notre pensée positive. Nous nous basons sur certains fondements philosophiques et thérapeutiques. L’ouvrage La Thérapie émotivo-rationnelle, écrit par les docteurs Albert Ellis et Robert A. Harper, vise à nous faire prendre conscience de nos comportements autodestructeurs et nous aide à les transformer.

Il s’agit de défaire les mécanismes qui nous conduisent à ressentir insécurité, besoin d’approbation, peur de l’échec ou sévérité extrême envers soi-même. Les auteurs vous incitent à écouter votre dialogue intérieur.

Le futur n’existe pas

L’avez-vous déjà remarqué ? On se parle à soi-même, constamment. De manière plus ou moins bienveillante. Or, notre quête du bonheur passe par un comportement constructif et conciliant envers soi. Se flageller à propos d’un échec ou se saboter en imaginant une potentielle future mésaventure est inutile. C’est une perte d’énergie et de temps que de s’apitoyer sur soi ou de tenter de contrôler un futur qui ne nous appartient pas.

L’idée, c’est de bien vivre dans le présent et de choisir (ce mot est important ici) d’être heureux autant que possible et quoi qu’il arrive. Choisir d’aller bien, c’est choisir de s’ouvrir. S’ouvrir, c’est choisir qu’il n’y a pas de chemin tracé et semé d’embûches.

Remettez-vous au centre de votre vie et prenez le pouvoir sur vos pensées. Disciplinez-vous et corrigez-les sans cesse, jusqu’à prendre l’habitude de choyer votre présent. Occupez-vous surtout de cela, le reste suivra.

Étiquetté , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam